« Comprendre la défectueuse pensée concernant la lutte contre le changement climatique » (traduction)

Biais, quand tu nous tiens !

Traduction de l’article : « Understand faulty thinking to tackle climate change« 

http://www.newscientist.com/article/mg22329820.200-understand-faulty-thinking-to-tackle-climate-change.html

 

« Comprendre la défectueuse pensée concernant la lutte contre le changement climatique »
• Le 18 Août 2014 en George Marshall
• NewScientist 2982.

La nature amorphe du changement climatique crée des conditions idéales pour le déni humain et le biais cognitif consistant à le tenir à l’arrière-plan.
Daniel Kahneman : « Je suis vraiment désolé, »me dit-il,  « mais je suis profondément pessimiste. Je ne vois vraiment pas de chemin vers le succès sur le changement climatique.»
Kahneman a remporté le prix Nobel d’économie 2002 pour ses recherches sur les biais psychologiques qui faussent la prise de décision rationnelle. L’un d’eux est «l’aversion aux pertes », ce qui signifie que les gens sont beaucoup plus sensibles aux pertes qu’aux gains. Il considère le changement climatique comme un déclencheur parfait: un problème lointain qui exige des sacrifices maintenant pour éviter les pertes incertaines dans un lointain futur. « Cette combinaison est extrêmement difficile à accepter pour nous », me dit-il.
Le point de vue de Kahneman est largement partagé par les psychologues cognitifs. Comme Daniel Gilbert de l’Université Harvard qui déclare: « Un psychologue pouvait à peine imaginer un meilleur scénario pour une paralysie. »
Les gens d’autres disciplines semblent également voir le changement climatique comme un problème «parfait». Nicholas Stern, auteur de l’ influent rapport Stern sur ​​l’économie du changement climatique, la décrit comme la «parfaite défaillance du marché». Philosophe Stephen Gardiner, de l’Université de Washington à Seattle dit que c’est une «parfaite tempête morale ». Tout le monde, apparemment, façonne le changement climatique dans sa propre image.
Ce qui pointe vers le vrai problème: le changement climatique est exceptionnellement amorphe. Il ne nous fournit pas de qualité définie qui lui donneraient une identité claire: pas de délais, pas de lieu géographique, pas de cause unique ou de solution et, surtout, pas d’ennemi évident. Nos cerveaux parcourent les indices habituels que nous utilisons pour traiter et évaluer l’information sur le monde, mais n’en trouve aucun. Et donc nous imposons nos propres indices. Il s’agit d’une situation périlleuse, laissant le changement climatique comme porte ouverte pour un autre des biais de Kahneman – un «biais de l’assimilation » qui déforme les informations pour les adapter aux valeurs et préjugés existants des gens.
Alors est-ce que le changement climatique est naturellement difficile, ou l’est-il juste à cause des histoires que nous avons construites autour de lui ? Par exemple, la lutte accablante et peut-être sans espoir dépeinte par les médias et de nombreux militants provoque des sentiments d’impuissance. Les scientifiques renforcent cette distance par leurs prédictions informatiques portant sur deux générations dans l’avenir et parlant sans fin d’incertitude. Le dernier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur les changements climatiques utilise le mot «incertain» plus d’une fois par page.
Les discussions sur l’économie, quant à elles, tournent invariablement vers des analyses défaitistes sur les bilans coûts-avantages. Stern propose un choix entre passer de 1 pour cent du revenu annuel maintenant, ou risquer de perdre 20 pour cent de celui-ci dans un délai de 50 ans. Ce langage est presque identique à celui utilisé Kahneman deux décennies plus tôt dans ses expériences sur l’aversion aux pertes. Est-il surprenant que, lorsque le choix est encadré comme celui-ci, les décideurs sont intuitivement attirés vers un report de l’action et plutôt prendre un pari sur l’avenir ?
Si le coût et l’incertitude sont vraiment les barrières psychologiques universels, il est difficile d’expliquer pourquoi 15 pour cent des gens acceptent pleinement la menace et sont prêts à faire des sacrifices personnels pour la conjurer. La plupart des personnes de ce groupe sont à l’aile gauche ou écologistes et ont réussi à transformer le changement climatique en un récit qui correspond à leurs critiques existantes de l’industrie et de la croissance.
Les conservateurs peuvent justifier l’inaction climatique pour des raisons de coût et d’incertitude mais, eux aussi, sont en mesure d’accepter ceux des points tant qu’ils parlent à leurs valeurs fondamentales. Comme ancien vice-président des États-Unis et climato-sceptique Dick Cheney déclarait : «Si il y a seulement un pour cent de chances pour un terroriste d’obtenir des armes de destruction massive, nous devons agir comme si c’était une certitude. »

Des valeurs fortement défendues peuvent expliquer les convictions de ceux qui sont aux extrémités du spectre politique, mais elles n’expliquent pas suffisamment l’apparente indifférence de la grande majorité de ceux qui sont entre les deux. Si on leur demande, la plupart conviennent que le changement climatique est une menace sérieuse, mais ne demandent pas à se porter volontaires.
Ce silence est similaire à celui qu’on trouve dans les violations des droits de l’homme, a fait valoir le regretté Stanley Cohen, sociologue à la London School of Economics. Il suggère que nous savons très bien ce qui se passe mais « qu’on conclut des accords tacites sur ce qui peut être publiquement rappelé et accepté ».
Notre réponse au changement climatique est étrangement similaire à un désaveu encore plus universel: la réticence à faire face à notre propre mortalité, dit la neuroscientifique Janis Dickinson de l’Université Cornell à New York. Elle fait valoir que les images explicites de mort et de décomposition ainsi que les implications plus profondes du déclin de la société et de l’effondrement sont de puissants déclencheurs de déni de mortalité.
Il y a un grand nombre de recherches montrant que les gens réagissent à des rappels de la mort avec une affirmation agressive de leur propre identité de groupe. Dickinson soutient que la polarisation politique et le déni de colère rencontré à propos du changement climatique est compatible avec cette «théorie de la gestion de la terreur ». Encore une fois, il existe une relation complexe entre notre psychologie et les récits que nous construisons pour donner un sens au changement climatique.
Pour toutes ces raisons, il est erroné de croire que les preuves scientifiques du changement climatique va se transformer directement en action – ou, au contraire, que le déni climatique peut être rejeté comme une simple désinformation. Les systèmes qui régissent nos attitudes sont tout aussi complexes que celles qui régissent l’énergie et le carbone, et aussi l’objet d’évaluations qui exagèrent les petites différences entre les gens. Le problème lui-même est loin d’être parfait et la situation n’est pas désespérée, mais, pour y faire face, il faudra une analyse plus poussée de la cognition humaine et le rôle des valeurs socialement partagées dans la construction d’une conviction.

 

<>

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s