La priorité, c’est l’emploi !

Nos responsables politiques ne tarissent pas d’explications alambiquées pour justifier le résultat électoral de ce dimanche soir. Pourtant, il y a une cause simple, unique et limpide: l’échec des gouvernements successifs à résorber le chômage de masse. Curieusement, le RESSEC propose une solution consistant à réorienter des moyens disponibles et aujourd’hui mal utilisés. Le diagramme ci-dessous est pourtant clair :Image:

 

 

Le scénario RESSEC 2050 a été audité par de nombreux experts, économistes et mêmes responsables politiques: nous avons résolu toutes les objections et répondu à toutes les questions.

Or, jamais le PS ni le Gouvernement n’ont pris le temps de nous répondre sur cette simple question: quand est-ce qu’on se bouge ?

Pour recevoir l’intégralité des documents et rencontrer nos experts, adressez-nous votre demande par courriel à : psressec@yahoo.fr

 

L’hypocrisie de Bruno Rebelle et sa « Transition énergétique dont ils ne veulent pas » ?

 
« Réaction suite à l’article de Bruno Rebelle dans Le Monde  le 19 juillet 2013 :
 
Réponse de socialistes atterrés 😉
 
M. Rebelle, ne confondez pas vos désirs avec la réalité.
 
Votre hypocrisie ne trompe personne. Les lecteurs avisés ne seront pas dupes de votre fausse naïveté.
 
A propos de vos allégations : « …[des] experts [mandatés par le MEDEF], ont expliqué que pour tenir cet objectif il faudrait réduire [notre consommation] de 50 % » :
 
Mensonge bien sûr.
 
Le Medef comme la CGT ne changent pas d’avis, c’est EELV et leurs amis du lobby renouvelable électrique qui cherchent à passer en force comme ils l’ont planifié depuis le début…
…, ceci pour capter dans le privé les milliards que le lobby public souhaite investir dans les énergies les plus propres.
Et ceci avec l’aval actuel du PS.
 
En fait, la caricature que vous faites de vos adversaires est risible. Et quelle ingratitude pour ceux qui vous nourrissent. Leur sincérité écologique est tout autre que celle de vos dires.
Et elle n’est pas l’apanage des Verts. Oui les économies et l’environnement sont aussi notre priorité chez les socialistes si vous en doutiez.
 
Mais ce DNTE, où les académies scientifiques et certaines ONG qui parlent vrai ont été soigneusement écartées, est biaisé. (Voir : ici)
Les scénarios fantaisistes et incantatoires d’EELV y prétendent, sans le début d’une preuve, diviser la consommation par 2 et créer de nombreux emplois durables avec des ENR intermittentes importées pour produire une électricité dont on dispose déjà,
ouvrant une brèche (durable !) au gaz russe tout en gaspillant de précieuses subventions étatiques. Bravo…
 
Produire moins pour consolider notre modèle social,  poursuivre le statut quo sur les fossiles en n’engageant rien d’efficace faute de solvabilité, quel programme.
Ces dangereux scénarios sont totalement réfutés par les experts compétents (voir les critiques adressées à Negawatt, Greenpeace ou l’Ademe) mais font toujours illusion. Plus c’est gros plus ca passe. (Voir, notamment, ici).
 
La CGT et le Medef seront beaucoup plus écologistes qu’EELV en engageant le 4eme scénario dit « décarboné » (voir ici) ; et ceci sans une seule centrale de plus (remplacement par des réacteurs plus surs et modernes), et en ambitionnant déjà 20% de réduction de la consommation croissance comprise, tout en se redéployant sur l’électricité aux dépends du pétrole/gaz/charbon.
Et ceci en bénéficiant d’une pollution très bien maitrisée car efficacement confinée,
contrairement aux alternatives où notre complicité passive assassine chaque jour des milliers de citoyens quoi qu’on en dise.
 
Sauf blocage incompréhensible, la France pourra donc sauver son modèle social en finançant l’isolation, l’efficience, la conversion industrielle grâce aux 1 000 milliards de bénéfices nets engendrés par une meilleure compétitivité, des exportations d’électricité et des moindres importations de fossiles, quand nos voisins feront la dure expérience d’une flambée du pétrole et du gaz à la moindre tension internationale ou de relance économique mondiale.
 
Changer pour changer sans horizon raisonné, c’est le propre d’irresponsables naïfs ou malhonnêtes.
L’énergie fossile française qui, il faut le rappeler, représente 70% du total, ne peut être réduite à 20% que si l’électricité et les ENR (principalement de chaleur) parviennent chacune à environ 40% de l’énergie finale en France d’ici 2050.
Au sein de ce mix, les 80% d’électricité nucléaire, durement acquis par nos ainés, sont donc un atout à préserver comme la prunelle de nos yeux plutôt qu’à diminuer. Et les couts relatifs et les risques associés ne sont absolument pas inquiétants contrairement aux allégations des Verts.
 
Soyons clair, c’est notre unique chance de s’en sortir vu les conditions de la mondialisation et la capacité de la société à évoluer sans souffrances excessives.
 
Effectivement, décidons de notre avenir, pour ne pas subir !
 
Heureusement, des socialistes réalistes, majorité peu bruyante, se mobilisent.
 
JP Brette, porte parole du RESSEC.
Rejoignez nous en nous écrivant : https://ressec.wordpress.com/about

RESSEC 2050 : la future transition énergétique socialiste

ressec graph

Alors que notre président de la République avait décidé d’impulser une prise de conscience à propos des gaspillages énergétiques en affichant une volonté politique de diminuer ce qui semblait le plus aisé : l’énergie nucléaire, satisfaisant ainsi son allié électoral Vert, un point parmi ses 60 propositions mérite désormais d’être amendé par soucis de réalisme, abandonnant les idéologies et illusions d’un monde sans contrainte : celui de l’énergie.

C’est pourquoi, loin de professer dans le flou sur les objectifs de diminution des énergies carbonées ou une baisse arbitraire de l’énergie nucléaire de moins 33% sans réelle alternative convaincante, le RESSEC a décidé d’apporter sa contribution au DNTE (Débat National pour la Transition Écologique) et de concevoir un contre-projet davantage inspiré des thèses de l’écologie socialiste :

le scénario RESSEC 2050, pour une transition énergétique socialiste.

Exclusif : Le PDF et XLS  à télécharger ici pour tout savoir sur le meilleur mix énergétique !

Première version disponible, cette publication du 29/04/2013 axe sa présentation sur des graphiques simples factuels dégageant plusieurs priorités :

– Trouver la meilleure probabilité d’épargner les victimes des nuisances écologiques, économiques et géopolitiques réelles de l’énergie : un financement réaliste et vertueux qui éliminera progressivement pétrole, gaz et charbon en France puis en Europe,

– D’abord isoler les logements jusqu’au seuil de rentabilité (10 milliards d’€ / an)

– Donner la priorité absolue aux énergies renouvelables lorsqu’elles sont soutenables : le solaire à concentration dans le sud et la production de chaleur (cogénération, solaire thermique, pompes à chaleur, biomasse, géothermie, …)

– Enfin produire sans tabou et massivement de l’électricité avec l’énergie non intermittente la plus disponible et la moins sale : le nouveau nucléaire EPR (puis en 2040 la génération 4) vu les solutions enfin trouvées pour la sécurité, le démantèlement et les déchets.

Bénéfices :

une santé en hausse pour des millions de citoyens engendré par l’usage massif des VE (véhicules électriques) et une prudence sur le chauffage au bois, soit une bonne partie des 50 000 morts prématurées par an évités rien qu’en France par la baisse rapide des micro-particules dans l’air (transport, chauffage) !

– des créations d’emplois réalistes et Made in France (1 000 000 au plus fort des investissements) et une meilleurs résilience de la population face à la fracture énergétique grandissante,

– une diminution non pas par 4 mais par 10 des émissions de gaz à effets de serre (principalement le CO2).

– une chute rapide de la facture énergétique (69 milliards d’euros sur notre balance commerciale chaque année, dont 23 rien que pour le transport fossile)

– une dette résorbée et des exportations grandissantes des quantités d’électricité, remplaçant un peu celle produite par le charbon ou le gaz, et générant des rentrées de devise très appréciables.

Bonne lecture !

 

Références : contributions parfois issues du scénario « NEGATEP, la transition énergétique par « www.SauvonsLeClimat.org « )