Sortir du charbon, pas du nucléaire

Sortir du charbon, pas du nucléaire

Militant écologiste depuis plus de 30 ans, je suis souvent étonné de rencontrer d’autres écologistes qui ont plus peur du nucléaire que du charbon. Je suppose que c’est parce qu’ils ignorent les méfaits du charbon. Hier, j’en ai rencontrés qui ignoraient même qu’il reste des centrales à charbon en France. Contrairement à ce que l’on peut lire dans les médias, le charbon produit autant d’électricité que les énergies renouvelables en France: environ 6 à 8 TWh/an. En Allemagne, qui est, contrairement à ce qu’affirment le gouvernement et la plupart des écologistes, en retard dans la transition énergétique, c’est encore pire. Le charbon produit beaucoup plus d’électricité que les énergies renouvelables, malgré des centaines de milliards d’euros d’investissements. Cela se traduit par une stabilisation des émissions de CO2 en Allemagne depuis 10 ans, alors que d’énormes efforts avaient été entrepris pour les baisser:

20170201-uba-greenhousegasemissions1990-2015

L’Allemagne reste bloqué à 900 MtCO2/an, car elle n’a pas su prendre les mesures nécessaires pour simultanément, électrifier son économie,  maîtriser le coût de l’électricité et la décarboner. La France l’a mieux fait, ce qui a rendu possible une baisse progressive des émissions de CO2:

emissionsFR1990-2014

Or, il y a bien pire à court terme que les émissions de GES, qui représentent un danger sur le long terme. Cette dépendance au charbon provoque des dizaines de morts par jour en Europe à cause des maladies respiratoires induites, essentiellement dues aux particules fines émises par la combustion de charbon. La répartition de ces particules en situation anticyclonique illustre bien le problème :

particlesFR.png

Les centrales à charbon allemandes et polonaises sont tellement polluantes que l’université de Stuttgart a pu en  déterminer l’impact sur la santé dans toute l’Europe, comme le montre ce graphique :

D-PL-emissions.png

Dans le monde, les seules maladies respiratoires dues aux centrales à charbon causent 377 morts par jour, dont 62 en Europe, 22 en Allemagne, 2 en France: comment l’ignorer?

Au delà des seules maladies respiratoires, même en tenant compte des accidents, le charbon reste de loin la pire solution pour les humains:

NRdeath

et la nature, le nucléaire ayant la meilleure empreinte écologique, notamment grâce à sa faible nocivité et sa forte compacité:

NRJlifecycleGES2

La conséquence est brutale par rapport aux convictions que des générations de militants écologistes se sont forgées : on ne peut pas être à la fois écologiste et opposé à l’énergie nucléaire, car c’est le seul moyen efficace (ECOLOGIQUE ET économique) que l’on ait trouvé pour remplacer le charbon. En effet, les pays qui ont fait le choix de remplacer le nucléaire paient non seulement au prix fort de la pollution, mais aussi celui de l’électricité chère, facteur de précarité énergétique. Le graphique suivant montre quels pays subissent les conséquences désastreuses (pour les consommateurs particuliers et les PME) de la non-prise en compte de la réalité : Le Danemark et de l’Allemagne

Contrairement à ce que l’on entend encore malheureusement dans les médias, le problème des déchets peut être facilement résolu en modifiant les traités internationaux : recyclage à l’usine de la Hague (Cotentin) en France, puis stockage des résidus non recyclables dans des entrepôts souterrains internationaux sans risque pour l’environnement (car certains pays comme l’Allemagne et les USA ont échoué dans la maîtrise de ces technologies, tandis que seules la France et la Finlande ont réussi à le faire).

En France, pour se débarrasser des 3% de production électrique des centrales à Charbon restantes, il faut des réacteurs nucléaires supplémentaires. Nous devons non seulement éviter de fermer prématurément des réacteurs nucléaires , mais au contraire, nous devons construire quelques EPR de plus (dans le nord de la France) pour décarboner l’Europe.

Pourquoi l’énergie nucléaire est-elle une énergie d’avenir ?

Comme la plupart des énergies quantiques (solaire, fusion), la  fission nucléaire est inépuisable. Un flux continu d’uranium, représentant suffisamment de combustible pour des réacteurs nucléaires d’une puissance totale de l’ordre de 20 000 GW, est charrié vers les océans par les fleuves. Pour le récupérer, une technique écologique a été mise au point qui rend renouvelable la fission nucléaire. Ce fait récent est encore largement méconnu, mais a fait l’objet de publications régulières depuis 2010, dont la dernière montre comment la fission nucléaire, grâce à sa vitesse de déploiement inégalable, peut nous aider à gagner 1°C de réchauffement pour passer de +2,6°C (la trajectoire des contributions nationales à l’Accord de Paris) à +1,5°C (l’objectif de l’Accord de Paris). Pourquoi ? Parce qu’il n’y a pas de plan d’adaptation réaliste à +2,6°C.

Conclusion

Grâce à la fission nucléaire renouvelable, nous pourrions effectivement avoir un système électrique 100% renouvelable en 2050. Sans fission, cela semble quasiment impossible. Etre écologiste en 2017, ce n’est pas vouloir la sortie du nucléaire, mais la sortie du charbon avec la transition vers le nucléaire renouvelable et durable.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s