Traduction du discours d’Obama: « Le rejet des faits, le rejet de la raison et de la science est le chemin déclin »

https://www.whitehouse.gov/the-press-office/2016/05/15/remarks-president-commencement-address-rutgers-state-university-new

Discours de Rutgers – 2016

2mn : https://m.youtube.com/watch?v=UjGUUGw0pQ8

42mn https://m.youtube.com/watch?v=xkCABjFT32A

 

« Les faits, les preuves, la raison, la logique, la compréhension de la science, ce sont de bonnes choses. Ce sont des qualités que vous voulez voir chez les gens qui font de la politique. Ce sont des qualités que vous voulez continuer à cultiver en vous-mêmes en tant que citoyens. Voilà pourquoi nous honorons Bill Moyers ou le Dr Burnell.

Nous avons toujours valorisé ces choses. Mais si vous écoutez le débat politique d’aujourd’hui, on peut se demander d’où vient cette souche d »anti-intellectualisme. Ainsi, à propos de la classe politique de 2016, permettez-moi d’être aussi clair que je peux l’être. En politique et dans la vie, l’ignorance n’est pas une vertu. Il n’est pas cool de ne pas savoir de quoi on parle. Ce n’est pas reconnaître le réel, ou dire ce qu’il est. Ce n’est pas challenger le politiquement correct. C’est tout simplement ne pas savoir de quoi on parle. Et pourtant, nous en sommes venus à la confusion sur ces sujets.

Regardez, les fondateurs de notre nation – Franklin, Madison, Hamilton, Jefferson – ils sont nés des Lumières. Ils ont cherché à échapper à la superstition, au sectarisme et au tribalisme, et à sortir du néant. Ils croyaient à la pensée rationnelle et de l’expérimentation, et la capacité des citoyens informés de maîtriser nos propres destins. Ce qui a été incorporé dans notre conception constitutionnelle. Cet esprit a formé nos inventeurs et nos explorateurs, les Edisons et les frères Wright et George Washington Carvers et Grace Hoppers, et Norman Borlaugs et les Steve Jobs. Voilà ce qui construit ce pays.

Et aujourd’hui, dans chaque téléphone situé dans une de vos poches nous avons accès à plus d’informations que depuis toujours dans l’histoire humaine, d’une simple pression sur un bouton. Mais, ironiquement, le flot d’informations n’a pas fait de nous les plus exigeants de la vérité. À certains égards, il est juste de dire que cela nous a rendus plus confiants dans notre ignorance. Nous supposons que tout ce qui est sur le web doit être vrai. Nous recherchons des sites qui renforcent simplement nos propres prédispositions. Les opinions se déguisent en faits. Les théories du complot les plus folles sont prises pour paroles d’évangile.

Maintenant, comprennez moi bien, je suis sûr que vous avez appris au cours de vos années de collège – et si non, vous l’apprendrez rapidement – qu’il y a un tas de gens qui sont intelligents comme des livres mais n’ont pas de bon sens. Voilà la vérité. Vous les rencontrerez si vous ne l’avez pas déjà fait. Des qualités comme la bonté et la compassion, l’honnêteté, le travail acharné, ont souvent plus d’importance que les compétences techniques ou le savoir-faire.

Mais quand nos dirigeants expriment un dédain pour les faits, quand ils ne sont pas tenus pour responsables d’avoir répété des contrevérités et juste maintenu les choses en place, tandis que les experts réels sont rejetés comme élitistes, alors nous avons un problème.

Vous savez, il est important que si nous tombons malades, nous voulions effectivement faire en sorte que les médecins soit allés à l’école de médecine; qu’ils sachent de quoi ils parlent. Si nous sommes dans un avion, nous voulons vraiment un pilote qui soit en mesure de piloter l’avion. Et pourtant, dans notre vie publique, nous pensons certainement, «Je ne veux pas des sortants.»
Le rejet des faits, le rejet de la raison et de la science est le chemin du déclin. Il appelle à l’esprit les paroles de Carl Sagan, qui a obtenu son diplôme des hautes écoles ici dans le New Jersey, il a dit: «Nous ne pouvons juger nos progrès que par le courage de nos questions et les profondeurs de nos réponses, notre volonté d’embrasser ce qui est vrai, plutôt que ce que nous ressentons comme bon.  »

Le débat sur le changement climatique est un exemple parfait de cela. Je reconnais qu’on ne ressent pas que la planète est plus chaude en ce moment. Je comprends : Il y avait de la grêle quand j’ai atterri à Newark ! Mais pensez à la question du changement climatique. Chaque jour, il y a des fonctionnaires qui ont de hautes fonctions et des responsabilités qui se moquent du consensus écrasant des scientifiques du monde entier sur le fait que les activités humaines et la libération de dioxyde de carbone et de méthane et d’autres substances modifient notre climat de manière profonde et dangereuse.

Il y a peu, vous avez peut-être vu un sénateur des États-Unis brandir une boule de neige lors d’un discours au milieu de l’hiver comme «preuve» que le monde ne se réchauffe pas.

Je veux dire, écoutez-moi bien, le changement climatique n’est pas quelque chose soumis à la propagande politique. Il existe des preuves. Il y a des faits. Nous pouvons le voir, çà se passe maintenant. Si nous ne faisons rien, si nous ne poursuivons pas les progrès que nous avons fait à Paris, les progrès que nous avons fait ici à la maison, votre génération sentira le poids de cette catastrophe.

Donc, c’est à vous d’insister sur la forme et sur un débat éclairé. Imaginez si Benjamin Franklin avait vu le sénateur avec la boule de neige, ce qu’il penserait. Imaginez si votre professeur de sciences de 5e année l’avait vu. Il aurait obtenu un D ! Et il est sénateur !

Ecoutez, je ne veux pas dire que l’analyse froide et les données dures sont plus importantes dans la vie que la passion, ou la foi, ou l’amour, ou la fidélité. Je suggère juste que les expressions les plus élevées de notre humanité ne peuvent prospérer que lorsque nos fonctions économiques, avec ce que les budgets proposés ajoutent, permettant à notre environnement d’être protégé. Et pour accomplir ces choses, pour prendre des décisions collectives au nom du bien commun, nous devons utiliser nos têtes. Nous devons être d’accord que les faits et les preuves comptent. Et nous devons faire en sorte que nos dirigeants et nous-mêmes soyons responsables de dire de quoi est fait le diable dont ils parlent.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s