Fermeture de la Centrale de Fesseheim : le PS ne doit pas s’égarer à suivre les Verts

61919081

Alors que l’Express s’amuse des impertinences des Verts face aux ambigüités politiques de certains socialistes, on peut lire   « Nucléaire: les Verts surveillent François Hollande« …

http://www.lexpress.fr/actualite/politique/nucleaire-les-verts-surveillent-francois-hollande_1231429.html

Voici une petite tribune en réaction à cet article :

Baupin et Mamère ne savent ni compter ni raisonner, ou alors font semblant d’ignorer le principal :

En effet Fessenheim , d’ici 2017,  date où ils souhaiteraient la voir fermée, va rapporter beaucoup plus d’argent que l’on n’en va dépenser pour améliorer sa sûreté .

 

Cette dépense est en effet couverte par le chiffre d’affaires de quelques semaines de fonctionnement.

Par ailleurs, pendant cette période de sursis de quatre ans qu’il lui accordent avec le Président, il serait vraiment dommage pour les populations qu’ils prétendent représenter et protéger  que sa sûreté ne soit pas encore améliorée et assurée par quelques travaux dont le coût est cent fois couvert par les recettes  des quatre années de sursis .

 

Ces gens sont incohérents, car les bénéfices de quatre ans d’exploitation permettront bien plus d’investissements souhaités dans la transition énergétique, cent fois plus si on y consacrait tout, que l’économie minime faite en arrêtant les travaux d’amélioration de la sûreté.

Décidément , nous avons à l’Assemblée des représentants qui, par idéologie, mettent en danger leurs électeurs en ne les protégeant pas contre les accidents qu’ils prétendent vouloir éviter tout en préférant ne rien faire pour les prévenir. Quel bel exemple !

 

Du factuel : L’impact sur l’économie nationale.

Fessenheim a du coûter 20 milliards de francs 1976, soit 3 milliards d€.

Elle a bénéficié de l’amortissement sur une période de trente ans jusqu’au changement de règle pour passer à 40 ans en 2 000.

Il restait donc 7 ans d’amortissement en 2 000 qui sont étalés désormais sur la période 2 000 à 2017.

Autant dire que le poids des amortissements de la centrale sur son compte d’exploitation est très faible.

Elle rapporte 400 millions d€ par an sur l’EBITDA d’EDF. Le coût des travaux de génie civil pour épaissir le béton sacrificiel

et ceux pour constituer une source froide ultime ne sont pas significatifs.

D’après les informations en ma possession, les investissements à faire sont de l’ordre de 36 millions d’euros.

D’après une approche simpliste, j’avais supposé que son arrêt occasionnerait une perte pour l’économie nationale de 2 milliards d’euros.

En réalité c’est bien plus si l’on fait le calcul par les TWh de remplacement à partir des éoliennes offshore et de CCG avec le prix du gaz même s’il est appelé à baisser ce dont je doute.

Mais on peut faire ce calcul pour les 22 unités supplémentaires si on les arrêtait d’ici 2025 ce qui donnerait sur la base de 2 milliards d’euros de Fessenheim, un total de plus de 24 milliards d’euros.
Sur un période de 9 ans, 2106 à 2025, la France mettrait ainsi à la poubelle un grand minimum de 3 milliards d’euros par an.

Notre situation économique est dramatique et nous l’aggraverions à ce point pour faire plaisir à un parti EELV qui se moque éperdument de la menace majeure que représentent les Gaz à effet de serre ? J’ajoute que remplacer du nucléaire par des centrales à Cycle Combiné Gaz (CCG) a un impact considérable sur l’emploi.

Dans le premier cas, toute la valeur ajoutée est réalisée en France. Dans le 2ème cas, c’est tout le contraire.

Ce n’est pas pour rien qu’une centrale comprenant 4 CCG de 450 MW, fonctionne avec 40 à 50 personnes sur le site et personne à l’extérieur ;

Pour Fessenheim, c’est 1 000 personnes sur le site, 800 EDF et 200 prestataires permanents plus tout ce qui a trait au cycle du combustible et aux interventions sur les matériels lors des révisions.

Là aussi, la France se séparerait d’environ 20 000 agents hautement qualifiés et toute la chaîne de formation que cela suppose.

 

Bien sur EELV rétorquera que le risque de 430 milliards d’euros par accident pèse plus lourd. Mais vu sa très faible probabilité (filtres efficaces et confinement du béton, sans nier son danger, relativement faible impact autre que psychique en cas de contamination inférieure à 100 mSv) et l’absence d’alternative (le pétrole fera 1000 fois plus de morts, et les ENR électricité intermittentes + stockage sont hors de prix, et dramatiques pour l’économie francaise)

c’est une technologie qui doit être développée à parité avec les ENR chaleur.

Raison de plus pour ne pas lésiner sur la sécurité déjà très élevée (force d’intervention rapide, renforcement du capital humain, accélération de la généralisation des EPR, 10 fois plus surs encore).

Certains parlent meme d’un impact financier de 12 milliards d’euros tout confondu. Donc si l’ASN a le moindre doute sur la sécurité, arretons-là à n’importe quel prix, sinon dispensons-nous en.

D., Y., J.

Signez la pétition ici :

http://www.mesopinions.com/petition/politique/fermeture-cnpe-fessenheim/1192

Publicités

Une réflexion sur “Fermeture de la Centrale de Fesseheim : le PS ne doit pas s’égarer à suivre les Verts

  1. Pingback: Idée reçue n°42 : « On a raison de fermer la centrale de Fessenheim puisqu’elle est vieille  | «Quelques idées reçues sur l'énergie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s